L’Astérisk, un projet jeunesse à développer?

Rapport de recherche




L’Astérisk, un projet jeunesse à développer?

L’empowerment en action: Bilan d’un espace alternatif de gestion participative des groupes jeunesse LGBTQ+.

Par cette recherche, la Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+ souhaitait faire le point sur le projet l’Astérisk, un projet de partenariat qui a ouvert ses portes en août 2013. Le projet l’Astérisk est à la fois un espace alternatif de socialisation offrant des activités et des services pour les jeunes LGBTQ+ et un modèle unique de concertation et de cogestion entre des organismes jeunesse LGBT. Cette recherche-action visait à : 1) documenter les perceptions et les points de vue des utilisateurs individuels (les jeunes LGBTQ+) et collectifs (les groupes communautaires jeunesse LGBT) quant aux apports et aux limites de l’Astérisk en regard des besoins des jeunes et de leur empowerment individuel et collectif ; 2) élaborer des pistes permettant d’améliorer ces apports ; 3) dégager des savoirs utiles pour d’autres organismes ciblant les jeunes LGBTQ+ du Québec, notamment en région hors Montréal. Une méthodologie mixte a été employée : 1) un volet quantitatif par la passation d’un questionnaire auprès des jeunes utilisateurs de l’Astérisk sur des thèmes relatifs à leur fréquentation et leur appréciation de l’espace, des activités et des services offerts ; 2) un volet qualitatif avec des entrevues individuelles et collectives auprès des représentant.e.s des groupes qui logent à l’Astérisk (groupes colocs), des groupes qui utilisent occasionnellement cet espace ainsi que des membres fondateurs de l’Astérisk. Selon les perceptions des jeunes, la fréquentation de l’Astérisk contribue à leur empowerment individuel selon les cinq dimensions considérées : l’estime de soi ; le sentiment d’appartenance ; la capacité de recevoir et donner du soutien (sentiment de compétence) ; la sensibilisation et la mobilisation ; et le sentiment de sécurité. Par rapport à l’empowerment organisationnel, l’Astérisk offre aux jeunes des opportunités pour s’épanouir, occuper des rôles multiples et significatifs au sein de cet espace et s’initier à un leadership partagé. Les possibilités de partager et mobiliser diverses ressources tant matérielles que sur le plan des bonnes pratiques stimulent l’implication des jeunes et accroissent les impacts des actions de chaque groupe coloc. D’autres apports de l’Astérisk sont également relevés, notamment le développement d’une conscience critique chez les jeunes, la plus grande visibilité des services (ce qui entraîne par ailleurs une hausse de la demande, sans que les ressources n’augmentent pour autant) et la multiplication des occasions de réseautage et de partenariats. Pour optimiser l’empowerment des groupes colocs, il serait souhaitable que l’Astérisk se dote d’une entente partenariale formelle et établisse des mécanismes de résolution des conflits. Pour le futur, il est suggéré entre autres de développer les partenariats à l’externe pour sensibiliser les organismes répondant à des besoins de base (hébergement, emploi, logement) des jeunes, notamment des jeunes trans, et de poursuivre le travail d’inclusion et d’empowerment des jeunes marginalisé.e.s, notamment les jeunes racisé.e.s et neurodivers.e.s. À plus long terme, plusieurs rêvent d’un espace plus grand et plus accessible pour l’Astérisk.

Voir le rapport complet ici : Document d’évalution de l’Astérisk


Sabrina Maiorano et Line Chamberland
En collaboration avec
Coalition des groupes jeunesse LGBTQ+
Service aux collectivités de l’UQAM
Décembre 2018